Beauté Magazine Make-up

Comment le maquillage peut raconter une histoire, selon une make-up artist

Les éléments visuels et tout ce qui compose une pièce de théatre sont importants, tout comme le maquillage et le pouvoir qu’il représente. Stephanie Workman, une étudiante Américaine qui est aussi maquilleuse et coiffeuse nous raconte sa vision qu’elle a de la beauté et ce qu’elle signifie. 

Pour un projet scolaire, j’ai pu interviewer la makeup & hair artist du théatre de mon université. Stephanie est une étudiante en dernière année à New Platz dans l’état de New York aux États-Unis. Elle travaille en backstage pour créer la magie du théatre et est également l’une des actrices d’une pièce de théâtre nommée « For Colored Girls Who Have Considered Suicide/When The Rainbow is Enuf, » qui traite les histoires et les souffrances de sept femmes Afro-Américaines ayant grandi dans une société racise et sexiste. Avec un café à la main, elle ne me raconte pas simplement une histoire sur le maquillage mais une vraie leçon de vie. 

Le design et les élément visuels ont plus d’importance que vous pouvez le penser. 

« En tant que hair & makeup artist, mon rôle est de mettre en lumière le monde que le metteur en scène voit dans sa tête. Le design est vraiment important pour les actrices également. Je suis aussi actrice et le design et les vêtements m’aident à incarner le personnage que je suis dès que j’enfile mon costume et me maquille. C’est beaucoup plus facile de se connecter physiquement à la personne que j’ai créé dans ma tête et à la faire sortir pour la monter au public. »

Le maquillage de scène n’est pas le même que le maquillage de tous les jours. C’est de l’art. 

Source Photos: Pinterest

« Il y a une énorme différence entre les deux. C’est vrai que le maquillage de tous les jours s’est intensifié et transformé au cours des dix dernières années, notamment avec Instagram et notre mondre centré sur les réseaux sociaux, ou encore des Drag Queens dont nous prenons note. Mais sur la scène, nous devons renforcer cela encore plus selon la production dans laquelle nous sommes. Par exemple, si c’est une pièce fantastique vous devez faire attention à la periode historique. Mais la chose la plus importante est de rendre le maquillage visible, parce que si les acteurs jouent dans une pièce remplie par 2000 spectateurs, les personnes au dernier rang doivent voir le maquillage que vous avez produit. »

Coiffer et maquiller est un art. 

« Je dois tester le maquillage sous la lumière, tout comme les costumes parce que la lumière joue un grand role. Si vous faites un shooting photo sous de fortes lumières, vous ne voulez pas avoir trop de poudre sous vos yeux, parce qu’elle reflète la lumière. Il y a certains facteurs dans le maquillage qui sont plus de la science, et aussi une forme d’art. Une bonne lumière fait une grande différence. La meilleure partie dans le maquillage selon moi, c’est de le voir directement sur le visage. C’est pourquoi je pense que les essais sont importants. J’ai besoin de voir le concept qui est dans ma tête sur un papier, puis sur une personne parce que tout est différent quand c’est sur le visage de quelqu’un. Le maquillage diffère et vous ne savez pas comment les couleurs vont ressortir. Vous ne savez pas s’il va rester en place sur les yeux si jamais vous faites quelque chose différement parce qu’une image en 2D sera toujours différente d’une image en 3D. » 

Mais comme tous les métiers créatifs, c’est difficile. 

« Dans mon métier de maquilleuse j’ai énormément appris sur la façon dont je travaille. Je préfère maquiller directement en 3D sur le visage plutôt que de dessiner et faire des croquis encore et encore. Je dois également faire beaucoup de recherches et apprendre les mouvements historiques du maquillage et du design, comment ils fonctionnent etc… Cependant, l’inspiration n’est pas toujours présente. J’étais réccement dans un cours de théatre avec Kathryn Dougherty et elle a parlé d’une citation d’une auteur à propos de l’inspiration qui nous entoure et du fait qu’elle vienne d’elle même vers nous. Il y a de grandes forces qui nous sont données, même si nous ne sommes pas les génis de tous les génis dans ce monde. Mais parfois tu ne sais pas ce que tu fais, tu ne sais pas ce que tu veux faire. Il y a beaucoup de fois où j’ai essayé de faire des maquillages pour Halloween, parce que le body painting et les effets spéciaux sont des choses que j’apprécie particulièrement, parcequ’il n’y a pas d’autres moments dans l’année pour faire ça sans parraitre étrange en public. Je crée des mois entiers de looks mais il y a des jours où je ne sais pas quoi faire et rien ne me vient en tête. Donc avoir un esprit créatif est une question importante que toutes les persones qui travaillent dans le monde créatif, comme les écrivains ou les photographes doivent faire face. Le temps et l’argent sont aussi un problème mais ce sera dur pour n’importe qu’elle chose que vous faites dans votre vie. C’est une contrainte qu’il faut toujours prendre en considération. » 

Les outils ne font pas le résultat. 

« J’adore travailler avec différents produits, avec différents finis. Je pense que la propreté également est importante. Mais la meilleure et la plus drole de mes productions dans laquelle j’ai travaillé c’était sur Shrek Junior. Je devais transformer un collegien en Shrek avec un budget vraiment, vraiment limité. Je devais utiliser mes popres kits, outils et matériaux d’un super-marché « tout à un dollar ». De plus, c’était une association à but non lucratif, par conséquent la paie était très basse. J’ai fini par créer une prothèse pour le visage avec des boules de cotton et du latex. J’ai passé quatre heures à transformer ce garçon en Shrek [rires]. »

La chose que j’ai toujours dans mon sac à main c’est une crème pour les mains. C’est un conseil vieux comme le monde d’utiliser une crème pour enlever le paquet de maquillage que l’on a sur le visage, ça part tellement facilement. En terme de produits de maquillage, le produit que je rachète tout le temps c’est la poudre Laura Mercier. J’ai de l’excema donc elle n’accroche pas. C’est vraiment doux, elle crée un effet flouté sans faire de reflets. Dans les marques un peu moins onéreuses j’adore les eyeliners de chez NYX, celui à fine pointe. Je dirais que les liners de chez M.A.C ou Bare Essential sont de bons choix également.

Une pièce est pleine de symboles, les éléments visuels font passer ces messages.

Nous devons revoir où nous nous situons en terme de progrès et nous poser les bonnes questions dans cette génération qui fait tout son possible pour changer et grandir, parce que nous sommes vraiment fatigués de devoir faire face à tous ces problèmes.

« C’est important que toutes les histoires soient ditent et que toutes les perspectives soient vues. Le temps est cyclique et nous faisons face aux mêmes mouvements que mes parents ont fait face dans les années 70 et 80. Mais nous devons revoir où nous nous situons en terme de progrès et nous poser les bonnes questions dans cette génération qui fait tout son possible pour changer et grandir, parce que nous sommes vraiment fatigués de devoir faire face à toutes ces difficultés. Je pense que ce sont des problèmes qui doivent être discutés. En tant qu’actrice, j’ai beaucoup appris de ces expériences qu’une femme de couleur comme moi doit faire face et dont on ne parle pas. Cela ne nous aide pas à cicatriser et je pense que cette pièce laisse une place pour cela. Notre metteur en scène pense que c’est important, que nous sommes là pour raconter des histoires à nos personnages mais aussi en y mettant un peu de la notre. Je voulais vraiment être maquilleuse et coiffeuse pour cette pièce, particulièrement parce qu’elle montre des femmes de couleur. En tant que femme noire, c’est formidable de travailler sur des filles qui sont conscientes du fait que je sache ce qui leur va le mieux… Maquiller des personnes de couleur est vraiment différent de personnes avec une peau plus claire. Il y a  beaucoup de différents facteurs que nous devons prendre en compte et c’est amusant de les explorer. 

L’idée que l’on a de la beauté n’est pas fixe, elle change avec l’histoire. 

« Il y a à peu près 100 ans avoir la peau foncée était synonyme de vie dure, de privations et du fait de ne pas être traité corretement, alors personne ne voulait de cette couleur de peau. Maintenant tout le monde veut avoir cette peau que tout le monde discriminait. Tout le monde veut avoir la peau bronzée et halée. C’est vraiment un chagement dans le temps. » 

Le maquillage et les coiffures ne sont pas faites pour nous changer, mais nous donner du pouvoir. 

Source Photos: Pinterest

Soit bien dans ta peau. Soit fière de qui tu es et de ce à quoi tu ressembles.

« Je veux que les actrices aient leurs propres teintes de fond de teint. Je ne veux pas qu’il soit trop clair ou trop foncé par rapport à leur peau, je veux que les filles soient qui elles sont. Je sais que parfois dans certaines productions, ils aiment que l’actrice ait un teint plus pâle ou plus foncé pour aller avec le personnage, mais je ne crois pas en cela. Soit bien dans ta peau. Soit fière de qui tu es et de ce à quoi tu ressembles. Le designer de costumes et moi voulions créer un look naturel qui permet aux filles de se sentir belles, pas trop osé ou trop « Instagram. » Simplement quelque chose qui fait ressortir leurs lumières. Concernant les cheveux, on voulait les garder au naturel parceque c’est le sujet de la pièce. Certaines ont des nattes, d’autres les cheveux traditionels afro comme moi. Certaines portent des bandeaux et des foulards… nous avons toutes des looks et des coiffures traditionnelles de femme de couleur. Les cheveux afros sont une partie importante de notre identité, de notre histoire. » 

Pour Stephanie le maquillage n’est pas qu’une passion, c’est une possible carrière. 

Quand j’étais petite, les gens me demandaient ce que je voulais faire quand je serai grande, je répondais, heureuse. 

« Je sais que peu importe ce que je veux faire, ça sera dans cette zone de créativité. Je veux passer en freelance pour faire ce que j’aime jusqu’à ce que cela m’apporte de l’argent. J’espère que cette production me donnera une idée pour mon futur. J’ai travaillé dans un restaurant pendant deux mois, dans un bureau d’avocat pendant deux ans, j’ai essayé beaucoup de choses. Je sais ce que je ne veux pas faire dans ma vie, je sais que je ne veut pas faire un 8h-18h même si je sais que j’en suis capable. Mais je ne pense pas que cela puisse me rendre heureuse. Quand j’étais petite, les gens me demandaient ce que je voulais faire quand je serai grande, je répondais, heureuse. C’est très important d’aimer ce que l’on fait. J’ai essayé beaucoup de choses dans cette zone créative et maintenant j’étudies et travaille avec du maquillage, qui est quelque chose qui va me prendre beaucoup de temps à développer en tant que travail manuel. Je veux continuer à apprendre, nous ne saissons jamais d’apprendre. Ma famille m’a toujours dit que si nous cessons d’apprendre, nous n’avons plus rien à apprendre, nous n’avons plus rien pour vivre. »

Vous aimerez aussi…

8 Commentaires

  • Commenter
    Marjorie Hirtz
    March 11, 2019 at 18 h 16 min

    J’aime énormément ton article qui change de ce qu’on à l’habitude de voir !
    Bisou ma belle
    Marjorie du blog http://marjoriehirtz.com

    • heyliblou
      March 11, 2019 at 19 h 17 min

      Coucou Marjorie, merci de ton commentaire il me fait vraiment plaisir. C’est vrai que j’aime faire des articles qui changent un peu de ce que l’on voit partout !

  • Commenter
    Manon
    March 1, 2019 at 18 h 30 min

    Très intéressant et complet cet article, bravo !

    • heyliblou
      March 7, 2019 at 22 h 06 min

      Merci manon, ça fait plaisir!

  • Commenter
    Sylvie Enfin moi
    February 27, 2019 at 12 h 17 min

    Un article très interessant merci de ce partage
    Amitiés

    • heyliblou
      February 27, 2019 at 16 h 51 min

      Merci à toi, heureuse qu’il t’ai plu 🙂

  • Commenter
    Margot
    February 26, 2019 at 13 h 20 min

    Quel joli interview !
    C’est tellement cool les métiers créatifs et passionnants.
    Des bisous
    Margot
    https://troughthepasturesofthesky.com

    • heyliblou
      February 27, 2019 at 5 h 08 min

      Merci pour ton commentaire Margot, c’est vrai que j’adore ce type de métier ! C’est tellement épanouissant de faire le métier de ses rêves, que l’on aime chaque jour, on grandit beaucoup plus !

Laisser un commentaire